index > mes navigations > 2002 > 2002, martinique/bermudes : bulletins quotidiens
2002

2002, Martinique/Bermudes : bulletins quotidiens

Bulletins quotidiens, écrits à bord par le second capitaine, Éric Saint-Plancat :

Stage Fort-de-France (Martinique) - Saint-George (Bermudes)

Lundi 3 juin 2002.
Départ de Fort-de-France à 10 h 15. Embarqué 14 stagiaires.
Position à 12 heures :
Latitude 14° 39,4 minutes Nord
Longitude 061° 10,5 minutes Ouest
Après un mois dans les eaux martiniquaises, l’heure du grand départ a sonné. Ce n’est pas un départ comme les autres : au cours de l’escale des amitiés se sont liées et le cocktail du commandant fut des plus sympathiques…
Ce matin, les stagiaires de la première étape ont pris leur place à bord, pour la plupart ce sont des “récidivistes”, pour qui la vie à bord n’a pas de secret.
Un dernier salut à la ville et au fort Saint-Louis et nous mettons sous voiles en baie de Fort-de-France. L’Alizé est au Sud le long de la côte sous le vent que nous longeons à petite distance. La montagne Pelée est découverte, comme si elle nous saluait à notre dernier passage devant Saint-Pierre. Les locaux disent que c’est un signe annonçant que nous reviendrons un jour, perspective qui nous réjouit tous…
Après avoir tutoyé l’île de la Perle, nous attaquons dans des conditions idéales le canal de la Dominique. Tout dessus au travers, le navire file sept nœuds sur une mer clémente. Les stagiaires prennent le rythme de la vie à bord : reconnaissance des points de tournage, exercice d’abandon et visite de la timonerie commentée par le commandant. La nuit tombe alors que nous approchons du sud de la Dominique. C’est une journée bien remplie…
21 h 00. Dans l’ouest de “Scotts Head” (Dominique).
Un sympathique stagiaire tient la barre pour la première fois de sa vie, notre sillage est “serpentesque”… mais nous y arriverons !
Meilleures salutations. L’équipage.

Mardi 4 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 16° 55,02 minutes Nord
Longitude 061° 44,92 minutes Ouest
14 h 30 : mouillage devant Falmouth Harbour.
La nuit s’est passée le long de la côte sous le vent de la Guadeloupe, l’alizé Fiat aidant le vrai qui était un peu paresseux. Au petit matin, nous avons pu remettre sous voiles, par un temps de rêve. Approche d’Antigua au moment de déjeuner et mouillage devant l’entrée de Falmouth Harbour. Les stagiaires et l’équipage ont pu aller visiter l’ancienne base de l’amiral Nelson, cachée au fond d’English Harbour. Une petite trempette à la plage pour certains, dîner à terre pour d’autres. Après cette mise en jambes nous allons repartir cette nuit pour les 900 milles d’océan qui nous séparent des Bermudes, profitant au mieux de ces vents de Sud-Est que nous avons depuis le départ…
L’équipage.

Mercredi 5 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 18° 24,25 minutes Nord
Longitude 061° 49,19 minutes Ouest
Avons quitté le mouillage d’Antigua à 1 h 00 ce matin, après une soirée à terre très agréable pour tous. Les stagiaires ont eu leur nuit franche et nous avons contourné l’île par l’Est au moteur.
Le vent a montré son nez au même moment que le soleil et la matinée a été très efficace au niveau voile. Tout dessus au grand largue, le navire s’est fait plaisir et nous aussi. Le bosco a genopé les cargues, ce qui, pour les non-initiés, est un signe annonçant un long bord sous voilure établie.
La brise a tendance à s’essouffler en cours d’après–midi, et la moyenne s’en ressent. Le commandant a essayé d’expliquer aux stagiaires ce qu’il a cru comprendre de la théorie des virements de bord sur un trois mâts barque, puis les mêmes stagiaires, pas encore rassasiés, ont eu leur première conférence sur les mammifères marins par Alexandre Dewez ; ils se coucheront à la fois instruits et épuisés.
Cordialement ; les instructeurs épuiseurs.

Jeudi 6 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 20° 18,67 minutes Nord
Longitude 061° 56,71 minutes Ouest
Le vent est revenu la nuit dernière, nous relançant à une moyenne confortable. Une petite houle de secteur Sud-Est nous berce gentiment, les conditions sont idéales.
Depuis ce matin nous avons un passager clandestin perché sur le grand cacatois, en l’occurrence un sympathique pélican qui a décidé de faire un bout de chemin avec nous. Un pélican au-dessus d’un perroquet et d’un cacatois, voilà qui nous fait un beau plan de voilure…
Du coté des stagiaires, tout va bien à bord : cours de survie ce matin avec le docteur Maniguet, et de météo avec le commandant cet après-midi. Ils semblent en vouloir encore, ou alors ils sont très polis…
Il y en a quand même un (qui tient à garder l’anonymat) qui s’est endormi pendant l’exposé d’Alexandre. Cétacé soporifique ?
La ligne bouettée ce matin avec un poisson volant trouvé sur le pont a décroché le gros lot en fin d’après-midi : un superbe thazard aussitôt découpé en filets par le commandant et dont les cuisiniers, à coup sûr, sauront quoi faire …
Amicalement, de tout l’équipage à l’équipe de la Fondation et à tous les internautes…

Vendredi 7 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 22° 09,10 minutes Nord
Longitude 062° 08,02 minutes Ouest
Après une nuit calme, la journée s’est ouverte en fanfare avec un superbe lever de soleil. Le second est allé ensuite faire connaissance avec le locataire du grand cacatois : peu farouche, celui-ci lui a confié avoir depuis longtemps l’intention de se rendre aux Bermudes, et a profité de ce perchoir mobile pour réaliser son projet en agréable compagnie. Notre locataire est un pélican. Au cours de la journée, notre ami aérien fait quelques escapades, sans doute à but alimentaire, puis revient. Il a aussi essayé la misaine et la grand vergue, mais à la visite de Cyril (pourtant très pacifique) il a préféré retourné au 5e étage…
Nos stagiaires ont eu droit ce matin à un cours de cartes marines, et , après une sieste réparatrice, le docteur leur a parlé de requins et leur a montré le film qu’il a réalisé sur le sujet.
Les vents ont tendance à s’essouffler et nous allons peut-être devoir les aider un peu cette nuit pour rester dans les temps.
Amicalement, de tout l’équipage à l’équipe de la Fondation et à tous les Internautes. L’équipage.

Samedi 8 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 24° 14,49 minutes Nord
Longitude 062° 33,02 minutes Ouest
Comme on s’y attendait, il a fallu faire tourner un peu les hélices en fin de nuit pour contrer la paresse d’Éole. Avons stoppé la musique Iveco au matin pour passer la journée à la voile. Mais la mer est de plus en plus calme, seule une petite houle de Sud-Est entretient le roulis, histoire qu’on ne puisse pas oublier qu’on est en mer.
Le thazard péché avant hier nous a régalés à midi, et le pélican nous a quitté. Nous espérons quand même le revoir avant la nuit. Les stagiaires profitent du beau temps pour continuer leur formation intensive en suivant Alexandre, qui a entrepris de disséquer la tête du thazard afin d’étudier le nerf optique et le cerveau. Jusqu’où ira-t-il ? Vous le saurez si vous continuez à nous lire…
Pour clôturer la journée, les stagiaires ont visionné un film sur la vie à bord du Peking et le passage du Cap Horn, ce qui leur a permis de relativiser les efforts qu’ils ont fournis ( il y a 4 jours déjà) pour établir la voilure…
Bon dimanche à tous, l’équipage.

Dimanche 9 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 27° 21,45 minutes Nord
Longitude 063° 16,19 minutes Ouest
Journée calme comme un dimanche. Une nuit de moteur indispensable, les vents sont passés au Sud-Ouest mais sont encore beaucoup trop faibles pour nous porter jusqu’aux Bermudes. L’océan est calme comme un lac et les stagiaires prennent de sérieuses couleurs tropicales.
Ils ont été initiés ce matin au maniement du sextant, puis une sieste dominicale les a terrassés. Cet après midi, le bateau a été habillé de toute sa voilure pour être joli sur les photos prises du zodiac.
Cédant aux supplications d’Alexandre, qui cherchait en vain depuis plusieurs jours des dessous féminins, le commandant a entrepris la confection d’un filet à plancton pour tenter d’aider la science. Les résultats de ces expériences vous seront communiqués ultérieurement.
La journée s’est achevée autour d’un punch, agrémenté de quelques chants de marins menés par la voix toujours aussi spectaculaire du bosco.
Amicalement, l’équipage.

Lundi 10 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 29° 50,65 minutes Nord
Longitude 063° 43,23 minutes Ouest
Il fallait bien avancer, nuit et matinée au moteur sur une mer d’huile. Mais nous sommes à nouveau sous voiles depuis le déjeuner, tout dessus par un petit souffle d’Ouest.
La vie à bord s’écoule à son rythme tranquille, réunions informatives et entretien du navire se poursuivent.
Le souffle semble se confirmer en fin de journée, nous autorisant à espérer une nuit sous voiles…
Et pour finir en beauté, le soleil nous a fait un clin d’œil vert en se couchant…
Amicalement et à demain, l’équipage.

Mardi 11 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 30° 53,31 minutes Nord
Longitude 063° 37,00 minutes Ouest
Nous avons bien dormi la nuit dernière, sous voiles. Mais en fin de matinée, juste après un virement de bord, la mer a repris son allure de baignoire. Totalement encalminés, nous en avons profité pour tester l’extraordinaire filet à plancton confectionné par le commandant. Alexandre a pu observer avec passions les microscopiques bestioles ainsi capturées.
Avons remis au moteur par nécessité, mais du coup même à l’allure réduite nous aurons de l’avance. Espérons toucher un peu d’air cette nuit ou demain.
Rassemblés sur la dunette au coucher du soleil, l’ensemble de l’équipage et des stagiaires a rendu un hommage plein d’humour à Alexandre, dont le charme a fait l’unanimité. A cette occasion, il lui a été remis la panoplie du chasseur de mammifères marins, constituée d’une choucane et d’un harpon à poissons volants pour l’inciter à poursuivre ses recherches.
Le stage touche à sa fin, mais la bonne entente qui règne à bord laisse présager une prolongation avec les stagiaires au cours de l’escale…
Amicalement, l’équipage.

Mercredi 12 juin 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 32° 17,94 minutes Nord
Longitude 064° 38,10 minutes Ouest
15 h 35 : mouillé sur rade St. George’s Harbour.
Arrivée sous voiles à proximité des Bermudes au petit jour. Nous avons franchi la passe étroite de Saint-George à 15 h 00, l’endroit est superbe et impressionnant.
Mouillé sur rade à Saint-George à 15 h 30, nous avons aussitôt changé d’heure pour nous accorder à l’heure locale. Nous avons ainsi 5 heures de moins que la France.
L’accueil local a été très sympathique, et les stagiaires ont eu beaucoup de mal à débarquer. Ils n’ont accepté de quitter le bord qu’avec notre promesse qu’ils pourraient venir nous revoir demain, lorsque nous serons à quai…
Amicalement, l’équipage.

Jeudi 13 juin 2002.
15 h 45 : amarré à quai.
On savait bien qu’ils reviendraient… Tandis que certains internautes avisés suivaient l’accostage en direct, les stagiaires étaient tous sur le quai pour prendre nos aussières.
L’apéritif sur le pont a eu tendance à se prolonger, après les chants de marins et le duo de percussions nous avons coupé les croque-monsieur en deux pour nourrir tout le monde. Puis le grand roof est devenu piste de danse, l’ambiance rocks endiablés et bonne humeur flagrante ont chauffé l’atmosphère…
Nos stagiaires se sont forcés à nous quitter peu avant une heure du matin, craignant fortement de rater le dernier bus. Il est certain qu’ils ne sont pas près d’oublier le Belem…
Amicalement, l’équipage.

Vendredi 14 juin 2002.
À quai, St. George’s Harbour.

Navigation

Recherche



index > mes navigations > 2002 > 2002, martinique/bermudes : bulletins quotidiens

© 2001-2011 Laurent Gloaguen | dernière mise à jour : octobre 2016 | map | xhtml valide.