index > mes navigations > 2002 > 2002, açores/france : bulletins quotidiens
2002

2002, Açores/France : bulletins quotidiens

Bulletins quotidiens, écrits à bord par le second capitaine, Éric Saint-Plancat :

Stage Ponta Delgada (Açores) - Ponta Delgada (Açores)

Dimanche 30 juin 2002.
Appareillage à 10 h 20. Embarqué 17 stagiaires.
Position à 12 heures :
Latitude 37° 46,83 minutes Nord
Longitude 025° 52,19 minutes Ouest
On n’a pas toujours que de la malchance… Aujourd’hui nous n’avons pas les vents sur le nez. Un ciel açoréen (traduisez couvert, ou brestois, mais sans le crachin quand même) ce matin avant le départ. Mais cet après-midi c’est grand beau temps, mer bleue et couverte de dauphins joueurs, et brisette de Nord Est qui nous permet une route directe vers Terceira, île du groupe central. Bref des conditions de navigations idéales et délicieuses pour les nouvelles recrues, embarquées ce matin, et qui prennent doucement contact avec le navire.
Alexandre ne va pas mieux du tout, dès qu’il voit un dauphin il faut lui noter la position, l’heure, la sonde, l’état de la mer et sa température, la route suivie par l’animal, celle du navire, la nébulosité, le type de bestiole et les pensées du chef de quart à cet instant. Étant donné le nombre de dauphins qui rodent aux Açores, on est vite débordés. Heureusement qu’on a un GPS, à l’époque du sextant ça devait être encore plus stressant…
Amicalement, et à demain. L’équipage.

Lundi 1er juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 38° 10,49 minutes Nord
Longitude 027° 12,27 minutes Ouest
16 h 50 : mouillé à 0,2 mille de la jetée d’Angra do Heroismo (Terceira).
Nous avons passé la nuit et la matinée sous voiles, mais les vents ayant refusés nous avons raté l’île de Terceira et il a fallu faire un tourner le moteur pour la rejoindre.
Mouillage à Angra do Heroismo à 17 heures, promenade à terre pour les stagiaires qui sont tous restés dîner en ville.
Pas de scoop particulier aujourd’hui, ce qui ne signifie pas que l’ambiance soir morose à bord, rassurez-vous…
Amicalement, et à demain. L’équipage.

Mardi 2 juillet 2002.
8 h 20 : dérapé.
Position à 12 heures :
Latitude 38° 30,78 minutes Nord
Longitude 027° 07,63 minutes Ouest
Une nuit paisible au mouillage, qui a permis aux stagiaires de goûter un sommeil réparateur, et nous avons appareillé à 08 h 00 sur une mer d’huile. Moment extraordinaire lorsque nous sommes passés au milieu d’un banc de dauphins en train de chasser, accompagnés d’une multitude d’oiseaux… Nous avons mis le zodiac à l’eau pour aller jouer avec eux…
Après ce moment exceptionnel, nous avons mis sous voiles pour exploiter le petit souffle de Nord qui se levait gentiment. La brise a fraîchi régulièrement en cours de journée et en fin d’après-midi nous filons à près de 7 nœuds, en route directe vers Sao-Miguel…
Après les conférences sur les bestioles aquatiques et le virement vent devant, le punch était bien mérité et a conclu dans la bonne humeur une superbe journée…
Amicalement, et à demain. L’équipage.

Mercredi 3 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 37° 53,0 minutes Nord
Longitude 025° 54,75 minutes Ouest
16 h 52 : amarré à quai, Punta Delgada.
Nuit sous voiles, presque encalminés par moments, mais qui nous a conduit jusqu’à Sao Miguel quand même.
Accostage à Ponta Delgada à 17 h 00. Certains stagiaires de la prochaine traversée, prêts à en découdre, étaient déjà sur le quai.
Alexandre va nous quitter, c’est bien dommage. Son absence ne passera pas inaperçue tant il colorait la vie du bord…
Nous accueillerons demain Jean-François Deniau, qui sera notre invité d’honneur pour la dernière étape de l’Odyssée Atlantique…
Amicalement, l’équipage.

Jeudi 4 juillet 2002.
À quai, Ponta Delgada.

Stage Ponta Delgada (Açores) - Saint-Nazaire (France)

Vendredi 5 juillet 2002.
10 h 30 : appareillage Ponta Delgada. Embarqué 41 stagiaires.
Position à 12 heures :
Latitude 37° 44,34 minutes Nord
Longitude 025° 43,30 minutes Ouest
C’est la dernière étape de l’Odyssée Atlantique qui a commencé ce matin, avec le départ de Ponta Delgada après une escale bien agréable. Nous avons tous beaucoup aimé les Açores, et espérons bien y revenir…
Après avoir contourné l’île de Sao Miguel par l’ouest, nous avons mis sous voiles par une petite brise de Nord et un très grand beau temps. Les stagiaires sont en nombre cette fois et la main-d’oeuvre ne manque pas pour hisser, brasser, lover…
Il y a pas mal de redoublants, qui initient leurs petits camarades à la vie du bord. Alexandre a salué notre départ depuis le quai, avec des amies locales… Sacré Alex, tu vas nous manquer…
Jean-François Deniau est bien arrivé, comme vous le savez il nous honore de sa présence pour cette traversée.
Nous sommes partagés entre la joie du retour en France et la nostalgie des Antilles… Mais chaque voyage a un début et une fin et nous rêvons déjà à la prochaine Odyssée du Belem…
Amicalement, l’équipage.

Samedi 6 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 39° 19,22 minutes Nord
Longitude 023° 21,21 minutes Ouest
Nuit et matinée au son des Ivecos, par nécessité étant donné le manque de vent. Nous avons remis sous voiles après le déjeuner, et l’après midi fut très belle. La brise reste faible mais le sillage n’est pas nul et le plaisir d’être sous voile est toujours intense.
Activités diverses pour les stagiaires, entre la découverte de la mature et l’explication des virements de bord.
Il n’y a pas de scoop particulier, mais la vie à bord est des plus agréables et nos stagiaires montrent un intérêt aiguisé pour toutes les questions maritimes.
Amitiés. L’équipage.

Dimanche 7 juillet 2002 (ce bulletin n’a pas été publié par le site officiel).
Position à 12 heures :
Latitude 40° 31,3 minutes Nord
Longitude 020° 45,6 minutes Ouest
Comme aujourd’hui, c’est dimanche, que vous avez le temps de lire et nous d’écrire, nous allons vous présenter l’équipage du Belem pour ce voyage de retour des Antilles :
Le commandant Michel Pery, originaire du Pays Basque, commande le Belem depuis une dizaine d’années. Unanimement respecté par l’équipage et par les stagiaires qui apprécient sa convivialité, Michel Pery mène le navire à la voile de manière remarquable, parfois spectaculaire. Lorsqu’il n’est pas à bord du Belem, il commande les navires de la Compagnie Maritime Nantaise, et en particulier le Béarn, qui transporte du soufre liquide entre Bayonne, l’Europe du Nord et le Maroc.
Le commandant Pery est secondé par Éric Saint-Plancat, amoureux de voiliers en général et traditionnels en particulier. Après une petite infidélité au Belem pour commander le luxueux catamaran de croisière la Douce France, Éric est revenu sur le vieux navire auquel il rêvait déjà adolescent.
Avec Éric, Mathieu Poulain et Cédric Boulos sont les deux autres chefs de quart. Mathieu navigue comme second capitaine à la Maritime Nantaise, notamment sur le Béarn, mais tenait absolument à faire partie de l’équipage du Belem pour son retour. Cédric aussi, au point de reporter sa dernière année d’études à l’Hydro. D’une bonne humeur permanente et doté d’un grand sens de l’humour, ce dernier donne le ton du “zéro à quatre”.
Jean-Yves Bourgeois, le chef mécanicien, est le cinquième officier et entretient les moteurs de propulsion, les groupes électrogènes, et tous les systèmes du bord. C’est donc à lui que nous devons le confort…
Doyen de l’équipage et figure emblématique du Belem, Daniel est le maître d’équipage, ou bosco. Tous ceux qui connaissent le navire connaissent l’histoire peu banale de cet ancien chauffeur de taxi parisien tombant amoureux de cette belle coque noire amarrée au pied de la Tour Eiffel. Daniel est à bord depuis 17 ans, et effectue sa dernière traversée avant une retraite bien méritée. Personnage exceptionnel, il a une connaissance passionnée des grands voiliers en général, et du Belem en particulier.
Daniel est le chef de l’équipe du “huit à douze”, constituée par Patrick et Andrew. Patrick dit “Grisou” est breton de l’extrême Ouest. Parfois un peu bougon, il cache sous une carapace finistérienne un grand dévouement et une extrême gentillesse trahie de loin par son rire sonore. Andrew, dit “Dédé”, est le plus jeune de l’équipage [19 ans]. D’origine anglaise, il est parfaitement bilingue, toujours souriant et se prépare au concours d’entrée à l’école d’officier de la Marine Marchande.
L’équipe du “zéro à quatre” est menée d’une main de fer par José, aussi efficace sur le pont que dans la mâture et c’est un personnage haut en couleurs… Son “Houuuulalalala” restera dans les annales de la traversée. Sébastien et Arthur complètent l’équipe. Tous les deux sont mécaniciens de formation et ont dû apprendre sur le tas la manœuvre d’un trois-mâts barque…
La troisième équipe est celle du “quatre à huit”, dirigée par Guy, dit “Pépé”. Pépé est, après Daniel, un des plus anciens fidèles avec 10 ans de Belem à son actif. Personnage exceptionnel lui aussi, il sera amené à remplacer Daniel au départ de celui-ci. Seule ombre au tableau, il est ronchon le dimanche, c’est un principe. Mais quand on le sait, ça l’fait… Cyril et Christophe (dit “Maho”) sont ses équipiers. Le premier a voulu prendre le large après quelques années de navigation fluviale. Quant au second, passionné de voile traditionnelle, il est venu découvrir la voile carrée entre deux expéditions à l’autre bout du monde…
Thierry et Louis, les deux cuisiniers, nourrissent tout ce petit monde. Si Louis navigue depuis plusieurs années, c’est le premier embarquement au commerce pour Thierry. Ils forment une très bonne équipe et le résultat de leur travail est bien visible et apprécié deux fois par jour dans nos assiettes.
Voilà, vous savez tout, ou presque. Pour en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à mettre votre sac à bord et naviguer avec nous…
Amicalement, bon dimanche et à demain. L’équipage sus-décrit.

Lundi 8 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 41° 32,46 minutes Nord
Longitude 018° 29,58 minutes Ouest
Sous voiles depuis hier matin, la puissance augmente aujourd’hui et les 8 nœuds de moyenne sont atteints dans l’après-midi, tout dessus au portant. Au déjeuner, la table est vite débarrassée avec l’aide du roulis qui malmène certains estomacs et donne une drôle de démarche aux piétons…
Le temps est couvert toute la journée, mais le soleil pointe son nez en soirée pour nous faire un petit clin d’œil final.
Amicalement, l’équipage.

Mardi 9 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 41° 49,20 minutes Nord
Longitude 015° 50,64 minutes Ouest
Pour les 30 ans de Gladys, le jour se lève sous un crachin constant et particulièrement mouillant. Le vent nous abandonne en même temps, et nous sommes obligés de carguer et lancer les moteurs. Il reste de la houle et donc du roulis.
La matinée est pire, avec des vents fraîchissant par le Nord-Est… Nous sommes même obligés de serrer la toile pour maintenir une vitesse décente. Pluie, vent contraire et froid, visibilité réduite… un temps à rester sous la couette plutôt que de faire du bateau à voile. Cependant personne ne perd le moral, à l’abri du grand roof les questions diverses vont bon train à la réunion informative du commandant.
Mais il n’était pas dit que Gladys aurait une si vilaine journée pour son anniversaire : dès le début de l’après midi la pluie cesse, le soleil perce et le vent adonne, permettant de remettre sous voiles. Puis Jean-François Deniau raconte aux stagiaires l’histoire des corsaires, pirates et flibustiers. La journée se termine sous un soleil radieux avec un joli sillage.
Et puis de toute façon, ce soir c’est melon, saumon, pommes de terre brocolis, fromage et yaourt, alors tout va bien…
Amitiés et à demain, l’équipage.

Mercredi 10 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 43° 53,12 minutes Nord
Longitude 013° 03,8 minutes Ouest
C’est la saison des anniversaires : aujourd’hui c’est le P’tit Pimousse qui fête ses vingt ans sur l’Atlantique. Pour l’occasion, Pépé a promis d’être gentil avec elle toute la journée.
Mais il avait aussi promis à Gladys, dont l’anniversaire est fini (ces bons moments ne durent qu’une journée), une interrogation sévère sur la manœuvre des voiles et les points de tournage. La partie théorique a eu lieu à 16 h 00, avec des questions coriaces sur l’envoi du flèche ou le réglage de l’apiquage. L’élève s’en est sorti avec un très honorable 12/20, et la performance est remarquable compte tenu de la sévérité du maître.
L’examen pratique n’a pas eu lieu, Pépé ayant enfin réalisé (après être passé plusieurs fois devant sans rien remarquer) que chaque manoeuvre était dotée d’une petite étiquette jaune portant sa désignation… Ces antisèches avaient été mises en place par l’élève pendant la sieste du prof. Avec près de 200 manoeuvres à étiqueter, l’effort était honorable et Pépé s’est forcé à le reconnaître. Le hasard a si bien fait les choses que lors de la première interrogation, il était appuyé sur l’écoute de brigantine, la seule à porter une étiquette humoristique “écoute de Pépé”…
À part ça, il fait beau, c’est une chance car les filles s’entraînent aux chants de marin, et ce matin ça n’avait pas été une réussite : un grain pluvieux immédiat, puis plus un brin de vent pendant 20 minutes… Faut croire qu’elles ont fait de sérieux progrès au cours de la journée, nous verrons ça le jour du punch…
La cloche du premier service vient de sonner, mais ce soir on ne vous dira pas quel est le menu, sinon vous voudrez tous venir et il n’y en aura plus assez pour nous.
Amitiés et à demain, l’équipage.

Jeudi 11 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 45° 12,4 minutes Nord
Longitude 009° 11,06 minutes Ouest
Matinée pied au plancher, ambiance record de vitesse sur trois-mâts barque… Un grand frais de Sud-Ouest, grand-voile, perroquets, cacatois et brigantine dessus (a pas peur…), le Belem a montré de quoi il était capable quand il sentait approcher le bercail… 10.5 noeuds de moyenne, et une sensation de puissance impressionnante.
En cours d’après-midi nous croisons l’autoroute Finistère-Ouessant, et les navires commencent à être plus nombreux, ce qui stimule la curiosité des stagiaires. Dans le même temps le vent a tendance à mollir et adonner, la vitesse reste très honorable mais paraît fade après les performances précédentes…
Sur le pont on peut voir des bottes, des pulls, des cirés et des bonnets ; que les Antilles paraissent loin maintenant que nous portons les points sur la carte du golfe de Gascogne… Mais dites donc, le mois de juillet, il paraît que c’est l’été dans l’hémisphère nord ? Seul le commandant, imperturbable, arbore toujours fièrement le bermuda qu’il s’est juré de porter jusqu’à l’arrivée…
Amitiés et à demain, l’équipage.

Vendredi 12 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 46° 31,4 minutes Nord
Longitude 005° 35,8 minutes Ouest
Tout d’abord, un rectificatif indispensable : le commandant n’est pas le seul irréductible en short, il est soutenu par Stephan et Cyril. Justice est rendue, cependant tous les autres se demandent bien comment ils font, et surtout pourquoi…
Ensuite de la voile et encore de la voile, une revanche sur l’étape précédente qui en avait un peu manqué. Quelques réglages pour suivre les sautes de vent, mais toujours tout dessus et ça marche fort…
À signaler un nouveau passager clandestin, un pigeon cette fois. Moins original que le pélican me direz-vous, mais quand même fort sympathique. Nous avons aussi eu un comité d’accueil superbe vers midi, une bande de dauphins particulièrement nombreux et joueurs, certains mêmes acrobates… Et Alexandre a fait des émules : tout est noté, heure, position, température extérieure de la mer, pensée du chef de quart… Un tel personnage ne peut que laisser une trace indélébile de son passage…
Nous avons encore changé de carte, “de Penmac’h à la Gironde”. Là, c’est sûr, on arrive. Et vite ! Après tant de milles parcourus, tant de longitudes traversées (et quelques latitudes aussi, à voir les tenues vestimentaires), le retour à la terre est toujours difficile à négocier. Vous serez très nombreux à nous accueillir à Saint-Nazaire. S’il vous plaît, soyez indulgents avec nous le 14 juillet…
Amitiés et à demain, l’équipage.

Samedi 13 juillet 2002.
Position à 12 heures :
Latitude 46°51,76 minutes Nord
Longitude 002° 40,00 minutes Ouest
Mouillage face à Port-Joinville, île d’Yeu.
Nous avons encore marché très fort la nuit dernière, et avant le jour nous avons pu reconnaître quelques feux familiers, comme Goulphar et Kerdonis, sur Belle-Île. Arrivée au mouillage à l’île d’Yeu sous voiles et par grand beau temps en milieu d’après-midi. Les stagiaires ont ainsi pu se dégourdir les jambes, sorte d’atterrissage en douceur avant la grande arrivée de demain…
Amitiés et à demain à Saint-Nazaire… L’équipage.

Dimanche 14 juillet 2002.
À quai, bassin de Saint-Nazaire.
C’est la fin du voyage…le temps est superbe, la foule est là pour accueillir le Belem qui rentre chez lui après sa grande escapade. L’accostage au son du bagad de Lann Bihoué est particulièrement émouvant. Après tous ces milles parcourus, le long sillage s’achève le long du quai de Saint-Nazaire…
Le Belem est retourné sur les traces de son passé. Il a permis à plusieurs centaines de stagiaires de vivre une expérience hors du temps. Il a retrouvé le souffle de la haute mer, l’élément qui lui va si bien. Il rentre au pays plein d’images et de souvenirs. Il rentre aussi avec de nouveaux rêves, des espoirs de nouvelles odyssées. À 106 ans, il a prouvé qu’il était encore capable de traverser l’Atlantique et d’en revenir, encore capable de susciter l’admiration partout ou il passe, encore capable de nous faire tous rêver.
Remercions-le, aimons-le, et continuons à le faire vivre. Il nous le rend bien…
L’équipage.

Navigation

Recherche



index > mes navigations > 2002 > 2002, açores/france : bulletins quotidiens

© 2001-2011 Laurent Gloaguen | dernière mise à jour : octobre 2016 | map | xhtml valide.